gif-mu-planaction3moisComme indiqué dans le dernier post, j'ai opté pour le M3 journal.

L'obtenir, c'est pouvoir intégrer le groupe associé et y rencontrer d'autres utilisateurs. Ce n'est pas simple de constituer un groupe, avec des personnes que l'on ne connaît absolument pas, mais l'avantage, c'est que l'on est tous là pour la même raison.

Les affinités se dégageront au fil de l'eau j'imagine.

 

Et sinon, savez-vous quoi? Je suis marathonienne!!!! c'est chose faite!!

500_F_34482442_qycrWKshKm58NdPfmslMFG53LJsCjF0Q

 

Un petit compte-rendu rapide? J'arrive via une navette à 7h30 pour un départ à 9h...j'ai froid.... partir à 6h30 de chez soi, brrrrrr, il ne fait pas chaud fin octobre.

Je retrouve une amie, mais qui court nettement plus vite que moi, et surtout, qui a la maitrise des courses officielles, contrairement à moi, petite novice, limite touriste, en ce domaine.

8h45: nous nous rendons au départ, il fait définitvement trop froid, je garde ma veste et opte pour l'attacher autour de ma taille quand il fera suffisamment chaud.

9h, le départ sonne. Je pars parmi les derniers, SAS de 4h15, le tout dernier sur ce marathon.

Je trottine pour ne pas me fatiguer...là, j'entends via mon application: Vous avez fait 1km...OK, le temps va être long :D

J'essaie de ne penser à rien, juste de profiter du froid, du vent (de face tiens, c'est mieux)...A 7kms, je me dis, tiens j'ai fait 1/6ème...c'est bien plus encourageant que le 1km.

Vers 16/17kms, je commence à remonter sensiblement mes "concurrents" (je ne prétends à aucun titre, je devrais plutôt écrire, mes partenaires de souffrance pour la matinée). Je vois certains qui commencent à marcher et ne peux m'empêcher de penser, aïe, cela va être dur pour eux.

Le premier passe, la bascule dans le seconde partie se fait tranquillement.

23 kms, j'approche de ma plus longue distance et je souffre sur la jambe gauche. C'est la première fois que j'ai une crampe à la cuisse. La cheville du même côté souffre également.

Là, c'est un peu le gouffre jusque 27 kms (je savais que cette partie serait une des plus dures), mais à 27kms, j'aperçois une amie sur le chemin. Ses encouragements et son soutien me procure une nouvelle force! Je reprends pieds et poursuis ma route. Je continue de reprendre quelques places.

30 kms: pas d'effet mur

31...32....33...je réalise qu'il ne reste que 9kms à parcourir...34, je commence à ressentir une crampe sur la seconde cuisse....progressivement la cheville de la seconde jambe devient aussi une souffrance.

Arrive le ravitaillement des 35 kms, je poursuis, puis je fais face à la longue ligne droite jusque 39/40 kms.... Mon rythme de course ralentit fortement. Ma tête, mon mental implacable depuis ce début de course commence à se dire deux choses:

- d'une, quoi qu'il advienne, je vais boucler, et peut être en 4h30 (mon objectif était de 5h).

- de deux, mes jmabes ne tiendront pas sans s'arrêter jusqu'au bout

Là, cela devient la lutte...puis à un moment, vers 39, je marche malgré moi...je suis déçue mais reste la tête comme il faut...je regarde le chemin, me dit, je marche une minute, réalise la présence d'une côte et décide de marcher jusqu'en haut de ladite côte. Je trottine à l'issue.

Ravitaillement des 40 kms: le seul où je m'arrête complètement pour boire tranquillement un verre d'eau (vous avez déjà essayer de boire en courant?? c'est du beau!! :D). Je repars aussitôt et là arrive la toute fin, le massage sur les pavés du centre ville...A cet instant, les chevilles ressentent une souffrante indescriptible. Cà fait mal à un point.

Je tiens bon, les gens sur cette fin de course nous encouragent, ils nous témoignent toute leur admiration, le truc de fous... et enfin, c'est l'arrivée, après 4h35.

Enfin, je suis marathonienne.

Enfin, j'ai atteint cet objectif fixé.

Place à de nouveaux objectifs désormais :)